Apprendre à voir … s’émerveiller … errer dans ce monde que nous ne connaissons plus … Je vous invite au travers de ces images à vivre à mes côtés ces instants privilégiés.

Philippe GULDEMANN

Chronique d’un été sans fin (10/2018)

Depuis plusieurs mois, la pluie est absente de Franche Comté.

Le signe le plus visible est l’assèchement des rivières comme le Doubs qui a disparu à nos yeux en plusieurs endroits. Puis il réapparait, passé par quelques failles souterraines. Cette situation a et aura aussi des conséquences sur la faune et la flore. Celle-ci avec le réchauffement est de moins en moins visible durant ces journées trop chaudes.

A Entreroches, coule en temps normal une rivière qui a cette saison est souvent impétueuse. Désormais il ne reste que quelques cuvettes perdues au milieu des blocs rocheux au pied des falaises. Même le cincle plongeur ne comprend plus ce qui peut se passer , perdu à rechercher au milieu de quelques mousses les rares insectes ou larves encore présents.

Entre Villers-le-Lac et les saut du Doubs ce n’est guère mieux : la rivière n’occupe plus qu’un étroit sillon au centre de son lit habituel

Mises à jour récentes